English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 05 - Livre Cinq : ECONOMIE POLITIQUE > 5- L’économie mondiale en route vers une nouvelle crise systémique (...) > Le gouvernement construit, construit et construit encore... pour masquer la (...)

Le gouvernement construit, construit et construit encore... pour masquer la chute des investissements productifs

mercredi 13 décembre 2017, par Robert Paris

Pourquoi et comment y a-t-il de la construction tous azimuts, des chantiers du Bâtiment à tout va, du privé comme du public, dans toute la France ?!!!

Macron a dit : « Ce qu’il nous faut pour le secteur des Hlm, c’est construire » et ce qu’il faut pour l’université, c’est construire, et pour l’hôpital, c’est construire et pour le logement, c’est construire ! Tout est fait pour aider, financer, favoriser le secteur du béton. C’est carrément de la folie : on se tourne à droite de la construction et à gauche c’est une autre construction. Il n’y a plus d’argent dans l’hôpital mais à construit sans arrêt, pas d’argent pour la recherche sauf pour construire, pas d’argent pour l’école sauf pour construire…

Le nombre des marchés de BTP signés explose. Mais tout est artificiel, construit sur des dettes privées et publiques, sur garanties d’Etat…

Voyons les chiffres du BTP :

Depuis la crise de 2007-2008, le BTP n’a cessé de chuter…

2013 : baisse de 15%

2014 : baisse de 7%

2015 : baisse de 8%

2016 : baisse de 6%

2017 : hausse de plus de 20% !!!

Cela ne provient nullement d’une hausse « naturelle » !

Le Grand Paris est l’un de chantiers de folie lancés par l’Etat pour "sauver" le secteur du BTP !!! Et ce chantier est déjà passé de 22 milliards prévus à 35 milliards !!! Gageons que cela ne va pas s’arrêter là !!!

Les coûts des travaux du nouveau "Pentagone français", le nouveau ministère de la défense, sont passés de trois à cinq milliards d’euros…

En tout le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche va investir dans le campus Saclay 1,5 milliard d’euros dans la construction des bâtiments et les différents autres acteurs – les universités, l’École centrale, etc. – 500 millions supplémentaires », détaille Guillaume Pasquier. S’y ajouteront de 2, 8 à 3 milliards d’euros pour les transports. Le tout sur un projet qui va durer quinze à vingt ans... En fait, au fur et à mesure, les coûts et les coups (les déboires) se multiplient. Les chiffres sont multipliés par deux ou trois. Le nouveau bâtiment de Maths inauguré par Macron a même un trou !!! Le nouveau bâtiment de l’Ismo est bâti sur la rivière et l’ascenseur ne marche pas, etc, etc…

Du prétendu « pôle scientifique » Paris-Saclay il ne reste quasiment que l’énorme quantité de constructions inutiles et coûteuses !!! Des milliards (au départ évalué à 3 milliards mais déjà financé par l’Etat à hauteur de 5,3 milliards d’euros, sans compter les avances et les emprunts de l’Université, milliards qui sont déjà annoncés être très insuffisants) y sont engloutis qui sont défalqués des fonds de recherche et d’enseignement et ne rapportent qu’au BTP !!! voir ici

Une fois encore, on constate que l’on va regrouper trois hôpitaux (Longjumeau,, Juvisy-sur-Orge et Orsay) en cassant l’hôpital de proximité qui est pourtant une garantie de soins rapides en cas d’urgence, pour créer l’hôpital régional Nord-Essonne à Saclay, en supprimant 600 postes au moins et en faisant passer le nombre de lits de 978 à 416. Les ambulances d’urgence n’auront qu’à faire la queue dans les bouchons pour amener les malades graves à Saclay ou à chercher d’autres hôpitaux encore plus loin parce qu’il n’y aura pas assez de lits et de personnels à Saclay !!!

Par contre, ce projet est l’un des plus grands pour le secteur du Bâtiment que les fonds publics de santé sont chargés de favoriser pour combattre la crise. Il s’agit d’une des plus grosses affaires que les trusts du Bâtiment ont réussi à se mettre dans la poche ! On n’arrête pas le progrès de la santé publique en France, vache à lait des intérêts privés du Bâtiment comme du Médicament ou du Matériel médical !

Les travaux à l’hôpital public, c’est le règne de la sous-traitance et de la sous-traitance de la sous-traitance car les sociétés privées sous-traitent elles-mêmes les chantiers ! Au bout de la chaîne, il y a des travailleurs sans contrat fixe, sans sécurité, sans garantie de l’emploi, souvent même sans qualification et le résultat est en conséquence. La direction de l’hôpital s’en moque : le but est de faire rentrer de l’argent public dans les comptes des trusts du Bâtiment qui dirigent l’ « ouvrage » !

L’opération de fusion Bichat/Beaujon est lancée, avec à la clef, des fermetures de bâtiments, une opération immobilière, des secteurs perdus et vendus, et ce n’est que l’achèvement d’une phase d’attente qui a amené les médecins à se tirer pour avoir des bons postes ailleurs tout en laissant les autres personnels sur le carreau. Un nouveau site devrait être choisi au courant de l’été 2015. L’APHP déclare y gagner mais rien ne dit que la santé publique y gagne. Même si de nouveaux bâtiments devraient voir le jour, cela signifie surtout une nouvelle fois que l’argent de la Santé va servir à faire marcher les affaires des patrons du BTP. C’est encore une manière de casser le service public et de le mettre au service du privé.

Ça a coûté une paille (pas dans l’œil !), le bâtiment neuf de l’Ophtalmo qui a déménagé à Cochin. Pour cela, on n’a pas lésiné sur l’argent. Pour ce que le service rapporte à l’hôpital, là aussi le rapport est bon : entre les rentrées et les dépenses puisque les malades sortent souvent directement après les opérations ! Mais, pour les personnels, on ne peut pas en dire autant ! Le regroupement, la mutuellisation de moyens se traduit par une baisse d’effectifs et une augmentation de charges de travail.

Hirsch et le gouvernement prétendent que la « réforme » viserait à « sauver » l’hôpital public grevé de dettes ! Mais, si le plan Hirsch fait des économies sur les personnels et les moyens, en même temps Hirsch, le gouvernement et les directions d’hôpitaux n’ont jamais autant dépensé pour des constructions de bâtiments parfois nullement nécessaires. Tous les hôpitaux sont transformés en chantiers !

La SNCF s’est lancée elle aussi dans des grands travaux qui ne semblent avoir pour but que de donner de l’argent public à des entreprises privées du Bâtiment. Ainsi, le tunnel du train Lyon-Turin a une utilité discutable pour les chemins de fer mais une utilité beaucoup plus évidente pour le Bâtiment qui est passé d’une facture de 12 milliards d’euros à une autre, réévaluée, de 26 milliards d’euros et ce n’est pas fini….

Les dérapages budgétaires se multiplient pour le Grand Paris Express : de 20 milliards, on est passé à 26 milliards, puis 35 milliards. C’est la plus belle affaire du BTP sur fonds publics…

Les services publics sont entièrement mis au service des intérêts privés. Tous les ministères sont chargés de lancer des constructions pour donner de l’activité au secteur du Bâtiment.

En 2014, le gouvernement annonçait déjà des « mesures pour relancer la construction qui s’articulent autour de 4 priorités : favoriser l’accès à la propriété ; simplifier les règles de construction ; poursuivre la construction de logements sociaux et renforcer la mobilisation du foncier public. »

Pour Macron, c’est encore plus radical : personne ne doit rester locataire : chacun doit devenir propriétaire. Tout cela semble bien bon mais il y a un problème : cette croissance artificielle n’est pas éternelle car elle se produit sur des bases parfaitement artificielles et sur des dettes privées et publiques !!! Ce sont pourtant ces dettes qui ont mené à précédemment à des krachs !

Le gouvernement a annoncé de forts abattements fiscaux sur les plus-values pour la vente de terrains en zones tendues, pendant trois ans, afin d’accélérer la libération du foncier et de construire rapidement des logements. « Cet abattement sera de 100% pour la vente de terrains permettant de construire du logement social, de 85% pour le logement intermédiaire et de 70% pour du logement libre », a précisé le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires Julien Denormandie.

Pour la principale organisation patronale du secteur, il n’existe pas de risque d’éclatement d’une "bulle immobilière" en France, contrairement à ce qui s’est passé en Espagne et aux Etats-Unis…

Ben voyons ! les malheurs n’arrivent qu’aux autres !!!

En fait, le gouvernement français, tout à fait incapable de relancer les investissements productifs dans le domaine de l’industrie, mise tout sur la production de… bâtiments !!

Cela explique pourquoi Macron veut construire, d’abord construire, toujours construire : il faut se mettre en état d’attendre le prochain krach financier et, en attendant, tenter de tenir, de ne pas sombrer dans la pure spéculation… Détourner à tout prix l’argent vers de l’activité ne sert qu’à retarder l’échéance mais, pour Macron comme pour tous les gouvernants, c’est tout ce qu’ils peuvent faire…

L’Etat, succursale du secteur privé du Bâtiment ?

La recherche, c’est une dépendance du secteur du Bâtiment

Quand le Bâtiment va, tout va… … ou quand la Recherche, l’Enseignement et la Santé deviennent des succursales du secteur privé du Bâtiment

Et tant pis pour les critères écologiques, Hulot sait faire semblant d’avaler des couleuvres…

Macron veut "construire plus" en "diminuant la réglementation"

Emmanuel Macron veut moins de normes dans la construction des logements

Le critère écologique est surtout un moyen d’imposer des travaux aux propriétaires

3 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0